Forum de la Démocratie Citoyenne du Mantois – 1ère rencontre

Bien conscient du discrédit de la politique et de la démocratie à tous niveaux et souhaitant apporter des solutions concrètes et innovantes, les associations EGC(Mantes-la-Jolie) et CRIC (Mantes-la-Ville) ont organisé ce dimanche 12 juin 2016 un Forum de la Démocratie Citoyenne du Mantois. Quelques 60 habitants du territoire invités, membres des associations organisatrices et citoyens aux engagements associatifs et politiques divers et variés, ont ainsi pu réfléchir ensemble aux moyens de réinvestir la pratique politique locale.

Pour vaincre la défiance, il nous faut convaincre qu’un autre mode de fonctionnement politique redonnant toute sa place à la citoyenneté, intègre et soucieux de l’intérêt général, est possible. Mais pour convaincre, il ne suffit pas de dire. Il faut faire, montrer qu’on fait et montrer que ce qu’on fait dans des actions ordinaires et quotidiennes aide à résoudre les problèmes ressentis et vécus.

A l’échelle du territoire du Mantois – notre bassin de vie – nous n’y parviendrons qu’en construisant au sein d’un réseau actif, des relations de coopération régulières permettant à tous de profiter des richesses produites localement et de se renforcer collectivement.

A chacun maintenant d’évaluer son champ des possibles et de s’engager là où il le peut ou le souhaite. Mais nul doute que « nous pouvons ! ».

Le Forum de la Démocratie Citoyenne du Mantois vous donne très rapidement rendez-vous le dimanche 19 juin au CRIC à BRAC pour une présentation publique de la feuille de route produite au terme de cette première journée de réflexion collective.

DispositifsFDCM

–> EGC et le CRIC se sont chargé d’organiser ce 1er rendez-vous. Les personnes présentes et celles qui voudront bien rejoindre cette dynamique, adhérentes ou non de ces associations, prendront ensuite la responsabilité de coordonner les prochaines actions et de structurer l’organisation du « Forum ».

1ère Boîtes à Lire à Mantes-la-Ville

Les Boîtes à Lire du CRIC s’installent dans les rues de Mantes-la-Ville. Merci à leurs hôtes de partager ce projet avec leurs voisins.

Il est largement envisagé d’en fabriquer de nouvelles l’année prochaine, toujours en coopération avec l’AFORP. Si vous êtes intéressé pour en héberger une devant chez vous ou dans votre résidence, une seule adresse : contactcric@gmail.com.

N’hésitez pas à remplir ces jolies boîtes colorées de vos livres, BD et magazines. RDV le 19 juin prochain pour découvrir les autres projets de l’association et passer une belle après-midi au CRIC A BRAC n°3 – Entrée Libre13396875_10209670862750059_1088730917_o

CRIC à BRAC n°3 – Dimanche 19 juin 2016

Quelques photos comme ça, pour témoigner de cette magnifique journée. On vous fera un retour plus complet rapidement mais visiblement on atteint les 99.99% de satisfaction pour les 238 visiteurs qui sont passés au CRIC à BRAC 2016 et 100% pour les organisateurs.

Et un énorme MERCI à tous les participants, bénévoles, artistes, associations qui ont œuvré à la réussite de ce moment.

 

ENTRÉE LIBRE – Centre Louis Racaud 22 boulevard Roger Salengro Mantes-la-Ville à partir de midi

CAB page

Le programme est disponible ici

Lire la suite

CPOLITIQUE – Le CRIC face au Vice-Président du FN

Le format de l’émission, l’expérience du professionnel et l’attente du média en font un exercice qui peut être insatisfaisant. Mais bon, l’internet moderne nous permet de proposer une version « augmentée » de quelques commentaires.

Alors ne nous privons pas, séance de rattrapage avec les sous-titres :

>> A télécharger ici <<

Un soupçon de mauvaise foi et une Note de propagande…

Dans la Note de Mantes-la-Ville de mai-juin 2016 magazine d’information municipale (transformé pour l’occasion en journal de propagande politique), le Maire déclare que le projet d’installation d’une maison de santé pluridisciplinaire dans les locaux du CVS Augustin Serre aurait créé une « petite polémique ridicule et inutile ».

Il qualifie par ailleurs les adhérents de notre association de militants politiques d’extrême-gauche (argument ad hominem qu’il reproduit très régulièrement on ne sait sur quel fondement [1]) et insinue que le CRIC ne serait pas soucieux de l’intérêt général et aurait propagé de fausses informations dans le seul et unique but « d’empêcher la mise en œuvre d’un projet de Maison de Santé Pluridisciplinaire » [2].

Or, il est important de rappeler les faits. Le CRIC a pour objectif de rendre accessible une information la plus factuelle possible pour que chacun puisse se faire sa propre analyse ; ce qui ne nous empêche pas de proposer la nôtre sur la base de nos observations et réflexions collectives. Sur le dossier qui nous intéresse ici et pour clarifier objectivement la situation, la responsabilité et les craintes de chacun, nous avons donc réuni les initiateurs de la pétition contre la fermeture du CVS et le Docteur Patrick Le Foulon, président de l’association des professionnels de santé.

Le docteur Le Foulon a pu expliquer le cheminement de cette opération, et ses propos ont été repris intégralement sur notre blog [3] et dans les pages du Contrepoint n°04 [4] largement consacré à ce dossier.

Monsieur le Maire indique à qui voudra bien le croire qu’il suffisait de s’adresser à lui directement pour avoir une réponse. C’est précisément ce que nous avons fait en lui adressant une lettre ouverte le 12 mars 2016 [5] et qui est restée jusqu’aujourd’hui sans réponse. Il eût été plus simple et moins hypocrite pour lui de répondre à cette sollicitation plutôt que de se répandre en élucubrations fantaisistes et diffamatoires dans le magazine municipal.

[1] Et qui constitue encore sa principale défense argumentative pour justifier l’absence de réponse à nos interrogations formelles et légitimes.
[2] La Note numéro 107 – mai-juin 2016, page 21 http://fr.calameo.com/read/0003504195f7aa1db0782

Retour sur le Conseil Municipal du 12 avril 2016

Le mouvement #NuitDebout fait des émules à Mantes-la-Ville où le Conseil Municipal du 12 avril 2016 s’est prolongé jusqu’à 1h30. Mais contrairement aux récentes et heureuses initiatives citoyennes rappelant que la politique est l’affaire de tous, cette longue soirée n’a pas abouti à des échanges apaisés et constructifs. Au-delà du sujet principal – le budget – qui par nature conduit à des échanges passionnés entre la majorité et son opposition, la fréquence trimestrielle des conseils municipaux et le nombre conséquent de délibérations à l’ordre du jour ne favorisent pas la préparation et la tenue de débat dans de bonnes conditions.

Certes la rigueur approximative de la gestion financière pendant le mandat de Mme Peulvast-Bergeal ou la gestion confuse des projets d’aménagement urbain et « politique de la ville » pendant le mandat de Mme Brochot (1) ne laissent pas la ville dans les meilleures dispositions.

Certes la contribution à l’effort budgétaire demandé par l’état aux collectivités locales et traduite par une baisse substantielle de dotations est contraignante et diminue les marges de manœuvres notamment en terme d’investissement.

Nous admettons donc qu’il soit nécessaire d’optimiser et de rationaliser certaines dépenses de fonctionnement et nous convenons volontiers que des opérations nécessaires aient été entreprises pour réaliser des économies.

Cependant les résultats financiers ne peuvent être le seul critère d’appréciation de la bonne gestion d’une commune et le contexte économique ne peut justifier l’ensemble des décisions dommageables qui ont été mises en œuvre au cours de ces 2 premières années de mandat.

Revenons sur les motifs de satisfactions exprimés avec force conviction par l’adjoint aux Finances :

· La dette par habitant diminue. La municipalité s’acquitte de ses créances et aucun nouvel emprunt n’est envisagé ; exploit ou imparable logique mathématique ?
· 0€ d’augmentation d’impôt. Oui les taux des taxes ménages n’ont pas augmenté mais les services à la population sont plus chers, moins nombreux et de moins bonne qualité. Pas d’augmentation ? c’est une façon (malhonnête) de voir les choses.
· 1.9M€ d’excédent sur le budget 2015. C’est toujours ça que les associations, les activités périscolaires, les CVS et les autres dispositifs d’action sociale n’auront pas.
· 1.73M€ de suréquilibre programmé en 2016. Une belle enveloppe pour financer les futurs projets ambitieux : installer des caméras de vidéosurveillance, aménager un nouveau columbarium, installer des caméras de vidéosurveillance. A ce compte-là chaque mantevillois va vouloir la sienne.

Évoquons aussi les 300k€ de dépenses imprévues non réalisées consolidé dans le total des « économies » réalisées. Une manipulation fallacieuse des données qui gâche les économies pertinentes certainement réalisées par ailleurs.

D’autre part comment décorréler de la remarquable diminution des charges de personnels (départs non remplacés et non reconduction de contrat) et des charges générales, ce qui relève d’économies judicieuses de ce qui contribue à affaiblir les compétences de la ville et diminuer les services à la population ?

Pour le maire, son 1er adjoint et sa majorité FN, asphyxier le tissu associatif est une économie, diminuer le budget du CCAS est une économie, réduire l’offre et la qualité de services à la population sont des économies.

Le résultat strictement comptable pourrait sembler excellent si Mantes-la-Ville était une entreprise, mais le bilan politique de ces 2 premières années d’exercice est bien désastreux pour la qualité de vie des mantevillois. Et pour cause, il ne s’agit pas d’argent. Œuvrer pour l’intérêt général d’une collectivité ne se résume pas à présenter des comptes à l’équilibre.

C’est aussi et surtout une affaire d’optimisme, de volonté, de compétence, d’humilité, d’ouverture d’esprit, de consensus et d’honnêteté.

Beaucoup trop de choses qui manquent au programme du Front National, aux dirigeants de ce parti et aux élus qui s’en réclament, en France, et surtout à Mantes-la-Ville.

Liste non exhaustive des critiques que l’on peut adresser à l’actuelle majorité :

  • Une gestion opaque des dossiers et projets en étude. Le programme du candidat Nauth prévoyait l’installation de caméras de vidéosurveillance (2), l’augmentation des effectifs de la Police Municipale et voulait maintenir le taux d’imposition. Si d’autres projets étaient à l’étude, le Maire serait bien avisé d’en faire part à ses administrés avant de les mettre devant le fait accompli.
  • Des décisions autoritaires et abusives. Les parents d’un enfant à qui l’on refuserait d’accéder à la cantine scolaire ou à la crèche pour un défaut de paiement d’une facture pourraient avoir la bonne idée de porter plainte contre la ville au tribunal administratif pour sanction abusive et gagner. (3)
  • Un mépris des dispositifs démocratiques et du dialogue entre élus et citoyens : fréquence au minimum légal des Conseils Municipaux, mobilisation quasi nulle des commissions, investissement municipal inexistant dans la mise en place du conseil citoyen, absence de réponse à des courriers officiellement adressés aux élus sont les exemples les plus représentatifs du manque de considération que portent M le Maire et ses adjoints à la vie démocratique.
  • Une communication de propagande dans le journal municipal et sur les réseaux sociaux, mais un site internet de la ville qui accuse un retard de quelques mois pour les informations diffusées et de quelques années pour sa technologie et son interface.
  • Démocratie participative, tissu associatif, dispositifs d’action sociale, culture, activités périscolaires, aménagement urbain et désenclavement des quartiers, état des routes, stationnement : une partie des sujets et préoccupations des mantevillois sacrifiée sur l’autel du bilan comptable.
Remarques En Vrac

Faisant remarquer à l’ancienne députée les reproches évoqués dans le rapport de la Cours de Comptes, Mme Peulvast s’est défendue en objectant l’affection que lui porteraient certains mantevillois. # Il dit qu’il voit pas le rapport

Pour M le Maire il est impensable qu’une association de danse puisse accéder aux installations municipales en soirée. Les adultes qui voudront prendre des cours devront prévoir d’y aller quand il n’y a pas classe ou après le goûter. # Bon père de famille

Selon le Maire les associations doivent se financer avec les cotisations de leurs membres et si possible aller chercher des subventions ailleurs que dans les caisses de la mairie. Mais sinon elles sont bienvenues pour œuvrer à Mantes-la-Ville # Le beurre et l’argent du beurre

Le Maire suggère qu’il aurait été normal que le FC Mantois reverse à la ville une partie des dotations reçues pour leur formidable parcours en Coupe de France (16ème de finale perdu contre le FCNA) et suggère à ceux qui n’adhèrent pas à sa volonté de supprimer la subvention allouée au FC Mantois de faire eux-mêmes un don personnel à l’association. # 100 balles et un mars

(1) Rapports d’observations de la Cour des Comptes
(2) Malgré nos requêtes, aucune étude ni démonstration n’a été fournie par M le Maire quant à la nécessité de cet investissement.
Rapport DE LA COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES ET DE L’ÉDUCATION SUR LA PROPOSITION DE LOIvisant à garantir ledroitd’accèsà larestauration scolaire http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r2616.asp

Le CONTREPOINT d’avril vous parle de social à Mantes-la-Ville mais reste optimiste

Le CRIC à des choses à dire, les mantevillois aussi. Retrouvez un édito optimiste et volontaire, une analyse de la politique sociale ni mensongère ni diffamatoire, un dossier sur la protection sociale, un autre sur les Centres de Vie Social et Maison de Santé Pluridisciplinaire, quelques éléments d’information sur le conseil citoyen, des nouvelles du projet boîtes à lire et un retour du premier atelier d’éCRICtoire et une pub pour le prochain CRIC à Brac, tout ça dans un Contrepoint n°04 dense et intense.