Conseil Municipal du 26 mai 2014 – Retour sur les questions diverses

guignol

Retrouvez le compte rendu de ce conseil municipal sur le site de la mairie : www

Monsieur CARLAT  p27 Au regard des éléments présentés par la première question du groupe « Mantes en Mouvement », nous pouvons constater l’engourdissement dont ont fait preuve les citoyens concernés par cette situation et l’inaptitude des municipalités précédentes à résoudre une telle problématique.

Monsieur VISINTAINER  p27-28 En attendant de pouvoir soumettre au maire et ses adjoints des sujets moins anecdotiques, il est demandé officiellement de corriger des coquilles.

Monsieur VISINTAINER  p28-30 La troisième et dernière interpellation de « Mantes en Mouvement » porte en fait sur deux questions distinctes. La première est relative à la consultation des enseignants dans la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. Etant donné les très prochaines échéances ne doutons pas qu’un arbitrage à ce sujet a déjà été prononcé. D’ailleurs dans le brouhaha des poncifs idéologiques et propos de posture qui ont suivi il a été annoncé qu’une décision sera prise et communiquée par la municipalité dans très peu de temps.

La deuxième question relève de la compétence du corps enseignant et de son administration et n’appelle pas à une intervention de la mairie. Elle a cependant permis d’illustrer une fois de plus la turpitude de nos élus et au maire de répéter sa volonté de s’opposer « virilement » à l’application de la réforme :

Il dit à Monsieur GASPALOU qu’il a soufflé un véritable vent de rébellion au sein de cette Conférence des Maires. Il rajoute qu’il est possible qu’une fronde naisse au sein de la CAMY et qu’un texte commun soit fait avec tous les Maires pour s’opposer virilement à cette réforme qui est perçue par tout le monde comme une mauvaise réforme et qui est sans doute morte née. […] Il tient à le rassurer en lui disant qu’ils prendront la décision qui sera la meilleure pour l’intérêt général des Mantevillois. C’est l’objectif final.

Madame MESSDAGHI p30-31 Le groupe « Ensemble pour Mantes-la-Ville à gauche » s’inquiète de la position de Mantes la Ville dans le Syndicat de la Vaucouleurs et de sa présidence par un élu qui a démontré par le passé son désintérêt pour le sujet. La formulation de la question appelle inévitablement à une réponse triviale :

Monsieur NAUTH précise qu’il n’est pas forcément nécessaire d’être Président pour défendre des intérêts, ni même d’être présent dans une majorité, parce que même dans l’opposition on peut défendre des idées, des principes et des valeurs.
Monsieur NAUTH lui répond qu’ils le feront comme sur tous les autres dossiers sur les commissions dont ils sont membres.

Dans sa réponse le maire laisse pourtant transparaître une désinvolture condescendante et un fâcheux manque d’anticipation :

Il dit savoir que ce n’est pas un petit sujet et qu’il sera pris à cœur en temps et en heure quand les problématiques se poseront devant eux.
Monsieur NAUTH dit que si la Vaucouleurs s’arrête de couler ou si elle coule en sens inverse, ils prendront toutes les mesures nécessaires pour régler cette tragédie.

Madame BAURET  p31-37 Pour sa seconde intervention, le groupe brandit à nouveau la marotte de l’isolement de Mantes la Ville au sein de la communauté d’agglomération et le « drame absolu » que cela implique. Encore une fois la formulation approximative laisse place à la même réponse stéréotypée :

Il n’est pas nécessaire d’être présent dans l’exécutif ou avoir une fonction de Président ou de Vice-Président pour défendre des intérêts.

Encore une fois les propos échangés n’intéressent que les protagonistes, oubliant l’intérêt de leurs concitoyens et préférant les querelles mesquines et marginales. Le maire laisse cependant échapper une discrète remise en cause de la Vème république :

Monsieur NAUTH dit qu’il préfère la démocratie directe qui est toujours plus démocratique.

Il critique de manière beaucoup plus explicite – mais aussi peu argumenté – les rassemblements de communes :

Monsieur NAUTH […] rappelle qu’il conteste également l’existence des structures intercommunales. […] ils proposent au Front National de supprimer ces structures intercommunales.
Monsieur NAUTH répète qu’il conteste les structures intercommunales sur leur principe même.

Madame BROCHOT  p37-40 Pour finir il est demandé au maire la somme qui devra être assumée par la municipalité et ses contribuables suite à sa position dans le projet de la salle de prière rue de merisiers. En synthèse le maire est convaincu qu’aucun frais supplémentaire ne sera engagé et que si c’était le cas les mantevillois ne lui reprocheront pas d’avoir tenu fermement et « virilement » (sic) son opposition à ce projet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s