Un soupçon de mauvaise foi et une Note de propagande…

Dans la Note de Mantes-la-Ville de mai-juin 2016 magazine d’information municipale (transformé pour l’occasion en journal de propagande politique), le Maire déclare que le projet d’installation d’une maison de santé pluridisciplinaire dans les locaux du CVS Augustin Serre aurait créé une « petite polémique ridicule et inutile ».

Il qualifie par ailleurs les adhérents de notre association de militants politiques d’extrême-gauche (argument ad hominem qu’il reproduit très régulièrement on ne sait sur quel fondement [1]) et insinue que le CRIC ne serait pas soucieux de l’intérêt général et aurait propagé de fausses informations dans le seul et unique but « d’empêcher la mise en œuvre d’un projet de Maison de Santé Pluridisciplinaire » [2].

Or, il est important de rappeler les faits. Le CRIC a pour objectif de rendre accessible une information la plus factuelle possible pour que chacun puisse se faire sa propre analyse ; ce qui ne nous empêche pas de proposer la nôtre sur la base de nos observations et réflexions collectives. Sur le dossier qui nous intéresse ici et pour clarifier objectivement la situation, la responsabilité et les craintes de chacun, nous avons donc réuni les initiateurs de la pétition contre la fermeture du CVS et le Docteur Patrick Le Foulon, président de l’association des professionnels de santé.

Le docteur Le Foulon a pu expliquer le cheminement de cette opération, et ses propos ont été repris intégralement sur notre blog [3] et dans les pages du Contrepoint n°04 [4] largement consacré à ce dossier.

Monsieur le Maire indique à qui voudra bien le croire qu’il suffisait de s’adresser à lui directement pour avoir une réponse. C’est précisément ce que nous avons fait en lui adressant une lettre ouverte le 12 mars 2016 [5] et qui est restée jusqu’aujourd’hui sans réponse. Il eût été plus simple et moins hypocrite pour lui de répondre à cette sollicitation plutôt que de se répandre en élucubrations fantaisistes et diffamatoires dans le magazine municipal.

[1] Et qui constitue encore sa principale défense argumentative pour justifier l’absence de réponse à nos interrogations formelles et légitimes.
[2] La Note numéro 107 – mai-juin 2016, page 21 http://fr.calameo.com/read/0003504195f7aa1db0782
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s