Ça booste sous les pavés, Mantes-la-Ville 3 ans après

Mardi dernier Squale recevait Romain Carbonne dans son émission « Ça booste sous les pavés » pour discuter du CRIC, de Mantes-la-Ville, du FN et de politique.

Vous pouvez écouter l’émission sur le site de Radio libertaire (FM 89.4).

>> https://www.radio-libertaire.net/ <<

Publicités

Conseil Citoyen, la participation des citoyens au cœur de la politique de la ville

Pour réussir, la politique de la ville doit se faire avec les habitants. Les opérations de renouvellement urbain en particulier sont des opérations lourdes qui si elles ne sont pas comprises et appropriées par les habitants peuvent être même contre-productives.
Le pouvoir d’agir des habitants dans ces quartiers prioritaires de la politique de la ville sera renforcé grâce aux « conseils citoyens ». Favoriser la prise de parole, garantir la place des habitants dans toutes les instances de pilotage du contrat de ville, créer un espace de propositions et d’initiative à partir des besoins des habitants, mais aussi assurer le renouvellement démocratique et la recréation d’un lien trop souvent distendu entre les habitants et les institutions, tels sont les objectifs de ces conseils.

DOSSIER DE PRESSE – 20 juin 2014 – ville.gouv.fr

Depuis sa création, le CRIC n’a de cesse de développer les échanges entre citoyen et leurs élus et d’intéresser les mantevillois à la vie politique de leur commune. Par ailleurs le Conseil Citoyen, par ses principes généraux et ses missions, doit rendre possible les mobilisations citoyennes en garantissant la place des habitants dans toutes les instances de pilotage et en créant un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants. C’est donc tout naturellement que notre association a postulé pour intégrer ce dispositif mis en oeuvre à Mantes-la-Ville.

Nous nous attacherons à reporter sur ce blog les activité du Conseil Citoyen, à commencer par la réunion de présentation qui s’est tenue au CVS Augustin Serre ce jeudi 17 mars.

Dans la partie Ressources vous retrouverez l’ensemble des documents associés à ce dispositif et ceux qui seront produits par le Conseil Citoyen de Mantes-la-Ville.

Rappel du cadre légal

Lire la suite

Pourquoi le soutien du CRIC au collectif Stop TAFTA Val de Seine ?

gdstoptafta

Né de la réaction de citoyens mantevillois à l’élection d’un maire Front National, le CRIC vise une action essentiellement au niveau communal. Pourtant il soutient l’action du comité Stop TAFTA du Val de Seine, dont l’objet est une négociation commerciale internationale. Certains pourraient s’en étonner et y voir une contradiction.

Le CRIC est un collectif de réflexion et d’initiatives. Mais que serait une réflexion circonscrite aux limites de la commune et qui ignorerait les causes extérieures, et parfois lointaines, de ce qui surgit dans l’actualité locale. Et que vaudraient des initiatives fondées seulement sur l’actualité immédiate mais ferait l’impasse sur ce qui s’engage au même moment et produira ses effets dans un futur plus ou moins proche ?

En ce qui concerne le projet de Traité Transatlantique (TAFTA suivant l’acronyme anglais), il s’agit bien pour la démocratie, pour la qualité de nos vies, et pour l’environnement d’un très mauvais coup qui concerne les USA et l’Union Européenne. L’Union Européenne nous a habitués, de directives en traités à un recul constant de la puissance publique au bénéfice des grands intérêts privés : entreprises multinationales, grandes banques et autres entités financières. Avec le Traité Transatlantique en cours de négociation – dans une très grande opacité – il s’agit de permettre à ces grands intérêts privés de pouvoir juridiquement contester des dispositions légales et règlementaires des Etats Unis ou des pays de l’Union Européenne. Et cela au nom de textes internationaux et de la jurisprudence qui résulterait des jugements à venir, lesquels jugements seraient rendus non par des magistrats mais par des arbitres issus de cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Il s’agit bien de défaire le pouvoir des peuples de mettre en œuvre les choix et les priorités librement débattus au profit des choix et priorités qui conviennent aux acteurs privés dominants (dénommés « investisseurs, cela fait plus positif).

Ce qui a fait se rassembler les membres CRIC, c’est la crainte de voir leur commune s’orienter vers une direction antidémocratique, dans la tradition autoritaire et  rétrograde du Front National. Mais  ignorer le risque de voir la démocratie et les valeurs de la République mises à mal au niveau national et européen ne serait guère cohérent avec notre démarche. Or c’est bien le cas avec le TAFTA, où il est prévu de remettre profondément en cause le cadre social, économique, environnemental alors que la cohésion sociale s’avère déjà bien difficile à maintenir. Une part grandissante de la population, se trouve désemparée, avec le sentiment d’avoir été abandonnée à son sort, de ne pas être écoutée. Le vote extrémiste profite beaucoup de cette situation.

D’où le choix pour le CRIC de s’associer aux efforts en vue de contrer la conclusion d’un traité si préjudiciable à la citoyenneté.

Avant de participer à la soirée du 9 octobre où nous vous attendons nombreux, voici une courte vidéo de 4 minutes qui recadre bien les enjeux du Traité Transatlantique. Et pourquoi il est important de s’y opposer.

Le CRIC fait sa rentrée, avec de nouvelles idées et de nouveaux projets !

Dans ses premiers mois d’existence, le CRIC n’aura pas manqué de mettre en œuvre diverses actions pour répondre aux enjeux qu’il s’est fixés : des débats publics aux rencontres citoyennes en passant par la publication du magazine d’information citoyenne CONTREPOINT, les comptes rendus des Conseils Municipaux, de l’organisation d’une après-midi festive le 14 juillet 2014 au CRIC à BRAC de cette année. La saison dernière fut riche en événements et celle à venir devrait l’être tout autant.

Pour cette nouvelle saison, le CRIC donnera la parole aux acteurs de la vie sociale et politique et développera dans ses actions les valeurs citoyennes que sont le respect, le civisme et la solidarité. Nous organiserons de nouveaux débats publics et nous continuerons à vous rapporter les propos et les décisions qui seront adoptées en Conseil Municipal.

De nouveaux projets sont également en préparation : fabrication et installation de boîtes à lire, organisation de journées à thème pour favoriser l’accès aux pratiques culturelles, élaboration d’une maison des associations en réseau pour promouvoir le tissu culturel et associatif, création de rencontres citoyennes pour discuter ensemble de nos préoccupations.

Prochaine réunion d’information Nous vous donnons rendez-vous jeudi 17 septembre 2015 à 20h dans la salle du Club de l’Amitié (rue du Colonel Moll, Mantes-la-Ville) pour discuter de ces nouveaux projets et pour envisager avec chacun d’entre vous une saison 2015-2016 enthousiasmante et enrichissante.

Forum des associations

Comme l’année précédente, le maire a refusé au CRIC de participer au forum des associations. Décision à laquelle s’ajoute également l’absence de notre association dans les pages du guide 2015-2016.
Le caractère spécieux et fallacieux des motifs invoqués est bien vérifié. D’une part de nombreux stands resteront désespérément déserts encore cette année. D’autre part des pages vides ou presque remplissent l’édition du guide des associations de cette année. L’intégration d’une nouvelle entrée n’aurait donc pas augmenté le nombre de pages et encore moins le coût d’impression de ce fascicule.

Il faut donc chercher ailleurs les raisons de cette éviction autoritaire. Le CRIC est pourtant signataire de la charte associative et notre association, par ses actions, œuvre dans l’intérêt collectif des Mantevillois. Existe-t-il une clause implicite dans cette charte qui imposerait aux associations de ne pas rendre compte des décisions politiques de la mairie ? L’intérêt individuel du maire serait-il prépondérant par rapport à celui de ses administrés ?

Quels sont les torts qu’une association œuvrant à informer les mantevillois, à rétablir une confiance et un intérêt dans la vie politique locale et à encourager les initiatives citoyennes pourrait bien faire à un élu du Front National ?

Laissons l’édile a ses manœuvres et continuons notre travail. Rendez-vous dans les allées du forum pour discuter avec nos adhérents et lire notre tract de rentrée !

Retour sur le Conseil Municipal du 29 juin 2015

Le dernier conseil avant septembre s’est tenu lundi 29 juin dernier. Revenons sur quelques-uns de 28 points à l’ordre du jour.

Il a été demandé au Conseil de se prononcer sur le projet de fusion de la CAMY dont fait partie Mantes-la-Ville avec les communautés d’agglomération des Deux Rives de Seine, de Poissy-Achères-Conflans Ste Honorine, de Seine et Vexin, des Coteaux du Vexin et Seine Mauldre, dans le cadre du schéma régional de coopération intercommunale. Il a été voté un avis défavorable sur proposition du maire qui pointe une méthode « brutale » et non démocratique, une complexité de mise en œuvre et un non-respect du bassin de vie ; arguments partagés par Mme Bauret. Mme Brochot (par procuration) et le groupe Mantes en Mouvement ont voté contre cette proposition tandis que le groupe Ambition pour Mantes-la-Ville s’abstenait.

Parmi les nouvelles créations de poste, nous apprenons le recrutement de 3 Policiers Municipaux. Cette décision a été saluée par M Visintainer.

Les emplois saisonniers adressés aux jeunes mantevillois sont eux, par contre, en nette régression. Seuls 5 postes seront proposés pour renforcer les services dédiés aux espaces verts, quand la municipalité en proposait 40 ces dernières années. Il s’agit pour le maire d’un choix économique (20000€ seraient ainsi économisés) et qui répondrait à des besoins réels.

L’école d’Arts Plastiques verra son nombre de cours divisés par 3 (19 en 2014, 6 en 2015). Il s’agit pour la mairie d’une optimisation de ce service, qui cherche par ailleurs à remplacer le professeur actuellement en place. Un unique paiement annuel sera demandé pour participer à cette activité, le maire précisant qu’il était « techniquement » impossible de prévoir un paiement échelonné sur plusieurs mois.

Le Village des Sports ne sera pas reconduit. Il serait remplacé par un autre dispositif piloté par le CAMV.

Lors de la 10ème délibération le maire nous apprends qu’il n’a jamais été question d’installer une maison médicale à Mantes-la-Ville en lieu et place de l’ancienne trésorerie. Pour rester cohérent dans ses priorités, il souhaite plutôt y installer un nouveau poste de Police Municipale. Pour cela il fait voter une modification dans le budget pour transférer 250000€ prévus en investissement vers le budget de fonctionnement dans le but de financer l’acquisition et l’aménagement de ce très grand bâtiment. L’opposition dans son ensemble votera contre.

Au détour d’une nouvelle demande d’ouverture d’une ligne de trésorerie, nous apprenons que l’ancienne filature Le Blan – rue Camélinat – pourrait être cédée par la municipalité. Quand ? A qui ? Et pour quoi faire ? Nous espérons pouvoir répondre rapidement à ces questions et souhaitons que cette vente suggérée ne scelle pas le sort de ce bâtiment – patrimoine industriel de la ville – et dans lequel Mme Bauret verrait sérieusement voir installé le nouveau poste de police municipale.

Cette proposition, ne semble pas avoir convaincu le maire pour autant, qui reste déterminé à préempter l’ancienne trésorerie lors de la vente du bâtiment entre la CAMY et l’association AMMS. La majorité considère en effet qu’il est « nécessaire » d’accompagner l’augmentation constante de la population par une augmentation des effectifs de police municipale pour assurer de « façon optimale sa sécurité et sa protection ». Il s’agit pour le maire d’appliquer le volet « sécurité » de son programme, en cohérence avec la ligne politique de son parti. Cette mesure, et l’installation prochaine de 6 caméras de vidéosurveillances, seront financées en partie par les économies réalisées sur d’autres « volets » : réduction des activités des CVS, fermeture et non remplacement du local ado, diminution drastique des postes saisonniers, diminution des subventions aux associations, etc.

Plusieurs justifications sont avancées pour argumenter le bien fondé de cet investissement, dont la situation géographique du bâtiment à proximité d’un centre commercial (celui des Merisiers) où il serait constaté un « certain sentiment d’insécurité ». Nous espérons que le compte rendu de l’audit, du sondage ou de la consultation réalisé parmi les habitants de ce territoire et révélant ce « sentiment d’insécurité » sera présenté publiquement et rapidement.

Enfin dans le lot des réponses aux questions diverses, le maire informe l’assemblée que les effectifs de la ville feront prochainement l’objet d’une diminution conséquente. A commencer par les employés contractuels qui ne seront pas reconduits.

Le prochain conseil aura lieu le lundi 21 septembre.