Retour sur le Conseil Municipal du 29 juin 2015

Le dernier conseil avant septembre s’est tenu lundi 29 juin dernier. Revenons sur quelques-uns de 28 points à l’ordre du jour.

Il a été demandé au Conseil de se prononcer sur le projet de fusion de la CAMY dont fait partie Mantes-la-Ville avec les communautés d’agglomération des Deux Rives de Seine, de Poissy-Achères-Conflans Ste Honorine, de Seine et Vexin, des Coteaux du Vexin et Seine Mauldre, dans le cadre du schéma régional de coopération intercommunale. Il a été voté un avis défavorable sur proposition du maire qui pointe une méthode « brutale » et non démocratique, une complexité de mise en œuvre et un non-respect du bassin de vie ; arguments partagés par Mme Bauret. Mme Brochot (par procuration) et le groupe Mantes en Mouvement ont voté contre cette proposition tandis que le groupe Ambition pour Mantes-la-Ville s’abstenait.

Parmi les nouvelles créations de poste, nous apprenons le recrutement de 3 Policiers Municipaux. Cette décision a été saluée par M Visintainer.

Les emplois saisonniers adressés aux jeunes mantevillois sont eux, par contre, en nette régression. Seuls 5 postes seront proposés pour renforcer les services dédiés aux espaces verts, quand la municipalité en proposait 40 ces dernières années. Il s’agit pour le maire d’un choix économique (20000€ seraient ainsi économisés) et qui répondrait à des besoins réels.

L’école d’Arts Plastiques verra son nombre de cours divisés par 3 (19 en 2014, 6 en 2015). Il s’agit pour la mairie d’une optimisation de ce service, qui cherche par ailleurs à remplacer le professeur actuellement en place. Un unique paiement annuel sera demandé pour participer à cette activité, le maire précisant qu’il était « techniquement » impossible de prévoir un paiement échelonné sur plusieurs mois.

Le Village des Sports ne sera pas reconduit. Il serait remplacé par un autre dispositif piloté par le CAMV.

Lors de la 10ème délibération le maire nous apprends qu’il n’a jamais été question d’installer une maison médicale à Mantes-la-Ville en lieu et place de l’ancienne trésorerie. Pour rester cohérent dans ses priorités, il souhaite plutôt y installer un nouveau poste de Police Municipale. Pour cela il fait voter une modification dans le budget pour transférer 250000€ prévus en investissement vers le budget de fonctionnement dans le but de financer l’acquisition et l’aménagement de ce très grand bâtiment. L’opposition dans son ensemble votera contre.

Au détour d’une nouvelle demande d’ouverture d’une ligne de trésorerie, nous apprenons que l’ancienne filature Le Blan – rue Camélinat – pourrait être cédée par la municipalité. Quand ? A qui ? Et pour quoi faire ? Nous espérons pouvoir répondre rapidement à ces questions et souhaitons que cette vente suggérée ne scelle pas le sort de ce bâtiment – patrimoine industriel de la ville – et dans lequel Mme Bauret verrait sérieusement voir installé le nouveau poste de police municipale.

Cette proposition, ne semble pas avoir convaincu le maire pour autant, qui reste déterminé à préempter l’ancienne trésorerie lors de la vente du bâtiment entre la CAMY et l’association AMMS. La majorité considère en effet qu’il est « nécessaire » d’accompagner l’augmentation constante de la population par une augmentation des effectifs de police municipale pour assurer de « façon optimale sa sécurité et sa protection ». Il s’agit pour le maire d’appliquer le volet « sécurité » de son programme, en cohérence avec la ligne politique de son parti. Cette mesure, et l’installation prochaine de 6 caméras de vidéosurveillances, seront financées en partie par les économies réalisées sur d’autres « volets » : réduction des activités des CVS, fermeture et non remplacement du local ado, diminution drastique des postes saisonniers, diminution des subventions aux associations, etc.

Plusieurs justifications sont avancées pour argumenter le bien fondé de cet investissement, dont la situation géographique du bâtiment à proximité d’un centre commercial (celui des Merisiers) où il serait constaté un « certain sentiment d’insécurité ». Nous espérons que le compte rendu de l’audit, du sondage ou de la consultation réalisé parmi les habitants de ce territoire et révélant ce « sentiment d’insécurité » sera présenté publiquement et rapidement.

Enfin dans le lot des réponses aux questions diverses, le maire informe l’assemblée que les effectifs de la ville feront prochainement l’objet d’une diminution conséquente. A commencer par les employés contractuels qui ne seront pas reconduits.

Le prochain conseil aura lieu le lundi 21 septembre.

Publicités

Conseil Municipal du mardi 26 mai 2015

Prenez « 10 minutes » pour écouter l’intégralité du Conseil Municipal du mardi 26 mai 2015 – en exclusivité sur la chaîne Youtube du CRIC.

Avec seulement 16 élus (sur 22), le groupe majoritaire ne représente pas le quorum nécessaire à la tenue du Conseil (17 élus présents). Aussi les 3 groupes d’opposition ont décidé de quitter la séance et donc d’ajourner ce Conseil qui devra être reporté.

Avant cette interruption, M Visintainer revient sur le tweet relatif au FC Mantois de M Morin et lui demande de démissionner ou, à défaut, à M le Maire de lui retirer ses délégations. L’enregistrement ci-dessous vous propose de suivre les échanges entre l’opposition et le 1er adjoint.

Un Conseil Municipal qui tient ses promesses

Si l’on a suivi avec attention la première année du mandat de la nouvelle majorité, il était difficile d’être surpris par le contenu du dernier Conseil Municipal. Des décisions votées en cours d’année en passant par la communication officielle répétant inlassablement la politique à venir, rien de ce qui a été présenté le lundi 30 mars ne s’éloigne du programme proposé lors de la campagne des municipales.

Pas de lieu de prière pour la communauté musulmane

 Le maire a dénoncé une opération politicienne et un emplacement géographique inadapté. Le 1er argument est strictement subjectif et ne peut suffire à remettre en cause un tel projet ; le 2nd est infirmé par les organismes qui ont validé les aspects techniques du projet. Si ses deux arguments sont irrecevables, pourquoi le maire ne « garantit pas le libre exercice de ce culte » en l’accompagnant dans sa démarche d’implantation de mosquée comme il l’a promis lors de son discours du 16 mai 2014 ?

Une politique sécuritaire prioritaire

Les effectifs de la police municipale ont été et seront encore augmentés prochainement. La mise en œuvre d’un dispositif de vidéosurveillance sera effective en fin d’année avec l’installation de 6 caméras pour un coût initial de 150 000€. Par ailleurs Mantes la Ville est désormais membre du réseau « Mairie Vigilante » dont le principal intérêt et investissement (3090€ d’adhésion) réside dans l’affichage de panneaux à l’entrée de la ville et d’autocollants à mettre sur les boîtes aux lettres des volontaires.

Une austérité budgétaire prépondérante

L’objectif qui est de ne pas avoir à augmenter les taux d’imposition motive implacablement le programme budgétaire 2015. L’entretien de la voirie, les rénovations et mises aux normes des bâtiments seront réduits au strict minimum. Aucun nouvel investissement porté par la nouvelle équipe municipale ne sera réalisé mis à part un columbarium ; la construction d’un groupe scolaire dans le quartier Mantes Université étant un impératif planifié de longue date. Le volet social supporte aussi les conséquences de cette politique en réduisant par exemple le financement des fêtes de quartier. Les rénovations des CVS sont annulées ; après la suppression de certaines activités, l’avenir de ces lieux de rencontre et d’échange est de plus en plus incertain. Les subventions accordées aux associations sont elles aussi en forte diminution notamment dans les domaines sportif, jeunesse, social, culture et relations publiques.

Un dossier de projet pédagogique est en préparation pour bénéficier cette année encore du fond d’amorçage relatif à la réforme des rythmes scolaires (50€ par élève) dont nous ne savons toujours pas comment a été utilisée l’enveloppe reçue pour l’année 2014/2015.

La politique municipale qui sera en vigueur pendant les 5 prochaines années est donc explicite et justifierait la réduction des effectifs notamment parmi les cadres techniques. Sans projet à conduire, il ne sera pas nécessaire d’employer autant de compétences seulement pour gérer les affaires courantes. Pour autant est-ce dans l’intérêt de tous les mantevillois de suspendre les investissements culturels, sociaux, sportifs, scolaires, urbains ? Le cadre de vie, les services aux familles et à la petite enfance sont-elles des préoccupations négligeables ?

Un Conseil Municipal record

Nous reviendrons en détail sur le Conseil Municipal du 30 mars 2015 dans le prochain numéro du Contrepoint. Malgré tout nous pouvons dès à présent faire quelques remarques générales.

De nombreux citoyens ont pu suivre cette longue soirée et certains ont regretté l’absence d’une rangée de chaises (présente les fois précédentes), qui aurait permis à une dizaine de spectateurs supplémentaires d’assister aux discussions dans de meilleures conditions. La chaleur étouffante de la salle n’a pas aidé non plus au confort des personnes venues assister au conseil.

Mais la durée des débats est plus surprenante encore : 4h50 ! Un record depuis le renouvellement de l’équipe municipale.

Si l’on ajoute l’inconfort évoqué ci-avant à cette durée malheureusement provoquée par des échanges hors de propos et déplacés, il n’est pas étonnant que certains d’entre nous aient été découragés d’aller jusqu’aux dernières délibérations. D’autant que les derniers points, même s’ils ne soulevaient pas de remarques particulières de la part de l’opposition, et les questions diverses ont été prestement expédiés.

La régulation de la température de la salle et la mise à disposition du maximum de chaises permettra à tous – élus comme spectateurs – de participer aux débats dans de meilleures conditions.

Et pour améliorer la qualité de ces débats, nous suggérons vivement aux élus d’opposition et à la majorité municipale de proscrire les échanges exclusivement motivés par la recherche de polémiques stériles et ineptes.

Conseil Municipal du 9 février 2015

Le Conseil Municipal du 9 février 2015 a fait une large place au Débat d’Orientation Budgétaire (DOB). La majorité y présente les grandes tendances financières envisagées pour la conception du budget annuel.

Après une introduction fastidieuse et poussive sur la situation économique internationale, l’adjoint aux finances rappelle les objectifs nationaux de maîtrise des dépenses et de réduction du déficit structurel ainsi que les impacts sur les finances municipales du pacte de responsabilité et de croissance inscrit dans la loi de finance 2015.

INVESTISSEMENTS
_ Ce que la majorité considère comme son principal investissement est « l’assainissement » des finances. Énoncé ainsi, l’on pourrait supposer que les finances de la villes sont « malsaines », ce qui est contredit par l’audit réalisé en 2014. (Pour approfondir). Les orientations budgétaires considérées par le maire et son équipe ne sont pas un investissement, il s’agit bien de choix politiques dont les effets seront à considérer dans le bilan de fin de mandat.

_ Le projet qui demandera le plus d’effort sera la mise en oeuvre d’un groupe scolaire pour le quartier Mantes Université. Rappelons qu’une étude relative à cet investissement faisait déjà partie des principaux projets présentés lors du DOB 2014 (http://www.mairie-manteslaville.fr/pv04_22_04_2014.pdf, p57). Cet engagement n’a pourtant pas été initié l’année dernière par les équipes municipales malgré le caractère impératif du dossier.

_ Des activités pédagogiques sont en étude pour être éligibles à la prorogation du fond d’amorçage des rythmes scolaires. Une nouveauté puisque cette année aucunes activités n’avaient été organisé malgré

_ 1M€ sera affecté au remboursement de la dette. L’adjoint aux finances a par ailleurs rappelé sa volonté à ne pas recourir à l’emprunt pour financer les investissements.

_ Parmi les projets en cours qui seront financés dans le budget 2015 notons les travaux de réhabilitations des écoles et ceux du bas du Domaine de la Vallée et le plan triennal de voirie.
De nouveaux investissements sont envisagés dont un columbarium, la mise en conformité du stade Aimé Bergeal pour répondre aux exigences de la FFF et la mise en conformité des équipements de sécurité de la salle Jacques Brel.

PROJECTIONS
Les taux d’imposition devraient rester équivalents.

La majorité souhaite économiser 5% sur les charges à caractère général. Elle propose la même économie (-5%, soit 700k€) sur les charges de personnel. Selon M. Morin – adjoint aux finances – ces économies seraient en partie déjà réalisées suite aux départs non remplacés de 9 cadres dont les compétences ont été réattribuées au personnel encore présent. Si l’on veut bien admettre que des économies peuvent être réalisées sur les charges de personnel, un doute légitime existe sur la capacité de ces employés municipaux à assumer leurs nouvelles fonctions et multiples casquettes dans les meilleures conditions. Rappelons aussi qu’en 2014 ce poste avait été augmenté de presque 900k€ et revient donc au même niveau qu’avant la prise de fonction de la nouvelle majorité.

LA DÉLIBÉRATION QUI A FAIT DÉBAT
La précédente équipe municipale avait engagé une procédure pour rompre l’engagement de la ville envers l’entreprise VINCI qui exploite le parking rue Jean JAOUEN et ainsi ne plus avoir à verser 100k€ de subvention d’équilibre annuel malgré une exploitation positive. La nouvelle majorité a quant à elle fait voter un avenant à ce contrat, engageant la commune à verser 30k€ au concessionnaire. Pour autant aucune étude comparative n’a été réalisée pour estimer si la solution initiale devait se révéler plus ou moins coûteuse.

L’AUTRE DÉLIBÉRATION QUI A FAIT DÉBAT
Le maire a exprimé d’abord son refus catégorique d’organiser les commémorations du 19 mars – journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc – avant qu’il lui soit rappelé les obligations que lui impose sa fonction.

Décret n°89-655 du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires
Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du Gouvernement, mais également par des autorités locales qui peuvent prendre l’initiative d’instituer des journées de commémoration d’événements historiques, sous la présidence du Préfet ou d’un représentant de l’État. Le Maire est responsable du déroulement des cérémonies publiques dans sa commune.

UN POINT TROUBLANT
Une « charte associative » est en cours de rédaction. Selon le maire, des subventions seront accordées aux associations signataires qui s’engageront alors à défendre un « certain intérêt général ». La lecture de ce document pourra certainement nous éclairer sur les critères d’éligibilité.

UNE INTERVENTION A RETENIR

Celle de M. Jourdheuil, 4ème adjoint. Évoquée dans un précédent billet.

2015 - 02 - 15 propos jourdheuil boulon 2

Le prochain Conseil Municipal aura lieu le 30 mars 2015.

17 novembre, chronique d’un conseil municipal ordinaire

Lorsqu’elle n’y met pas expressément un terme, la municipalité se contente de poursuivre tant bien que mal les projets lancés lors de la précédente mandature.

Ne revenons pas sur la question de la salle de prière de nos concitoyens musulmans, les journaux locaux s’en font suffisamment l’écho et on peut faire confiance aux associations concernées pour assurer la défense de leur projet.

Quant aux autres points d’actualité :

– Après plusieurs démissions dans le groupe majoritaire, voici que l’épidémie gagne ceux de l’opposition. Ce conseil a donc vu l’installation d’une nouvelle conseillère municipale dans le groupe Ambition pour Mantes-la-Ville.
– La déclinaison locale des rythmes scolaires. Elle complique visiblement la vie des enfants et des parents, le CRIC s’est attelé à recueillir les données nécessaires pour en faire le bilan réel après un trimestre, à suivre donc.
– La gestion du personnel communal. Après le départ de plusieurs cadres et employés, la municipalité choisit de privilégier les économies en ne compensant pas tous les départs. Souhaitons que les nouveaux soient recrutés avant tout sur des critères de compétences.
– La police municipale accueille trois nouvelles recrues. La décision de les équiper d’armes a t elle été prise en concertation avec l’autorité de l’Etat et comment les missions de cette police municipale sont elles redéfinies ?
L’urbanisme. L’objectif proclamé de la municipalité est surtout de limiter la croissance démographique pour ne pas avoir à développer et améliorer des équipements. La cession de biens immobiliers devant contribuer, là encore à des économies.

Au vu de la modestie de ces projets, on peut se poser quelques questions. S’agit il ici de prudence ou de manque d’ambition ? Une gestion de « bon père de famille » est elle vraiment à la hauteur des enjeux pour une ville de 20000 habitants en région parisienne ?